Commentaires

Depuis la fin du mois de juillet, nous arpentons les villages de la vallée afin de faire connaître ce projet de construction à des habitant.es qui pour la plupart ignoraient tout de son existence. Sans grande surprise, l’indignation et la désapprobation sont les sentiments prédominants lors de ces échanges, y compris de la part de personnes se réclamant d’une spiritualité catholique. Cela nous conforte dans notre motivation à fédérer les oppositions afin de faire barrage ensemble à ce projet absurde. En illustration, nous avons choisi de publier certains commentaires de signataires de la pétition en ligne et de visiteurs et visiteuses de notre page facebook.

Nous vous rappelons que cette pétition sera présentée à Madame la Préfète de l’Ardèche, en tant qu’autorité administrative habilitée à suspendre les travaux. Nous vous invitons donc à la faire circuler le plus largement possible à tous vos contacts, en particulier sur le secteur géographique des Monts d’Ardèche.

Je signe car ce projet dénature profondément le paysage, bouleverse l’equilibre Écologique et ne répond pas à un site de nature et d’isolement. Qu’en sera-t-il de tout le secteur au niveau pollution visuelle, utilisation disproportionnée en eau, mouvements de foule inappropriés?

Delphine B.

Comment peut-on implanter une telle infrastructure en passant au dessus des dispositifs d’étude d’impact qui régule tant de petits projets de particuliers dans l’intérêt du plus grand nombre ?

Dominique L.

Impact important sur st pierre bien sûr, mais aussi sur départementale avec circulation des cars pour aller de st Pierre au parking programmé sur terrain edf montpezat et bien sûr revenir à St Pierre.

Michel F.

Ayant une maison familiale à peu de distance je suis sidéré que la dimension de ce projet en regard de la population habituelle de la vallée. Où vont se stationner les véhicules de ces 4000 pèlerins ? L’assainissement du village ne supportera pas une charge 15 fois supérieure à son fonctionnement de base (prévue pour 260 habitants 100 hab raccordés)

Philippe C.

Que dit le Parc Régional d’Ardèche de ce programme là? Il ne me semble pas vraiment compatible avec la préservation des paysages. Comment peut-on accepter qu’une part de ce territoire protégé pour le bénéfice de tous ses habitants soit spolier pour le bien être qu’une petite communauté sans consultation des locaux et des organismes mis en placeà cet effet. 
Je m’interroge….

Marie D.

Je signe car je m’oppose à ce bétonnage. Il y a assez de lieux pour pratiquer les religions. Nous avons tous besoin de conserver les capacités de la nature pour continuer à vivre sur terre !

Chantal B.

Et les PLU, SCOT etc… qu’on nous met en avant pour le moindre toit d’appentis??? Ils sont passés où là?

Dominique B.

Préservons ce qu’il reste de biodiversité, arrêtons le béton à tout va.

Bernard S.

Pour preserver la nature et ce beau petit village paisible qui ne veut en aucun cas ressembler à Lourdes

Mireille E.

Pourquoi ne pas faire revivre une église existante mais désertée ? Encore diminuer l’espace naturel est dommage pour la belle biodiversité si précieuse à la vie ne croyez-vous pas ?

Annie D.

Je suis abasourdie par la position de la DREAL, par le fait que le SCOT et/ou le PLUi, ne soient pas encore aboutis. En l’absence de ces différents documents de référence, aucun nouvel espace ne doit être soumis à urbanisation sauf en cas de dérogation exceptionnelle du Préfet après avoir sollicité l’avis de la CDPENAF ( Commission Départementale de la Préservation des Espaces Naturels Agricoles et Forestiers). Il est ainsi facile de percevoir qu’un certain nombre de services d’Etat n’ont pas montré la même intransigeance que dans beaucoup d’autres départements français où comme ont pu le signifier certains d’entre vous, construire une annexe à son habitation peut être parfois un fait bloquant administrativement. Il n’est pas rare ailleurs qu’à St Pierre de Colombier de constater que la Police de l’eau s’oppose ou exige des compensations pour le simple fait de détourner un tout petit filet d’eau. Aujourd’hui, la règle d’or en urbanisme, c’est la limitation de la constructibilité en milieu rural…dans le but de préserver l’activité agricole et de protéger l’environnement. Mais, que ce passe-t-il? Devons-nous comprendre qu’en Ardèche, l’urbanisme n’appartient plus au registre du droit mais à celui d’une doctrine religieuse bien étrangère à l’Encyclique du Pape dans Laudato Si!

Marie Luce A.

À priori ces travaux ne doivent pas s’étendre dans le lit mineur de la rivière … l’AFB est avertie et nous prendrons les mesures nécessaires

Nig’ Florent N.

Ce projet pharaonique est hautement nuisible à l’environnement au bord d’une jolie rivière des Cévennes ardéchoises , dans un petit village qui ne mérite pas qu’on le détruise, quelle que soit l’idéologie, la croyance, qui en invoquent le besoin.

François C.

Comment peut on exiger des habitants une déclaration préalable de travaux pour un cabanon ou une piscine et accepter ce type de projet sans études préalables ni consultations??? 

Cela m’étonnerait que le document d’urbanisme de la commune prévoit et de fait autorise ce type de constructions.

Virginie A.

Non à un Lourdes d’opérette à St Pierre de Colombier qui veut passer en force sans demander l’avis des citoyens du village ,les premiers concernés.!!!

Jean-Jacques B.

Pour une application des regles d’urbanisme identique a tous les projets, dont celui-ci

Dominique A.

De nombreux lieux de cultes existent déjà et, ne sont plus exploité faute de fidèles alors, bétonner dans ces espaces naturels est à mon sens complètement irresponsable.

François C.

J’estime que le manque de concertation des autorités publiques (état région et département) ont été insuffisantes avec les habitants et le Parc Naturel. Ceux-ci ayant été mis devant le fait accompli. Inadmissible. Il faut exiger la destruction de ce chantier.

Alain D.

je suis contre la bétonisation de nos si belles vallées

Jean-Pierre D.

Alors que des projets de constructions de particuliers, de promoteurs ou d’institutions publiques doivent être soumis à des instructions accompagnées d’étude d’impact, voire de consultation de la population, comment peut-on tolérer des « passes-droits », quel que soit les intentions des donneurs d’ordres ! (surtout sur une commune de 400 habitants !) Je signe des 2 mains !

Marie-Hélène M.

Projet aberrant et démesuré pour l’ardéche. De quel droit peut on faire ça ?

Elisabeth S.

Des millions d’euros qui pourraient être plus utiles à aider ceux qui souffrent

Pascal W.

Comment un tel endroit paradisiaque peut il être l’objet d’une telle aberration écologique

Jean-Pierre W.