L’ACTU DE NOTRE ACTION

POURQUOI UN RASSEMBLEMENT LE 14 DÉCEMBRE?

La publication sur notre page facebook de notre tract invitant à un rassemblement citoyen le samedi 14 décembre, a donné lieu à de nombreux commentaires et échanges. Il nous a notamment été demandé d’expliquer pourquoi cette date a été choisie.
Voici donc un éclairage utile.

Comme c’est indiqué dans le tract, il s’agit simplement de tenter de se faire comprendre des pèlerins venus processionner ce jour-là, conviés par la Famille Missionnaire de Notre-Dame (FMND).

En effet, le 14 décembre 2019 est pour celle-ci jour de pèlerinage jusqu’à la statue oratoire de Notre-Dame-des-Neiges (statue de la vierge Marie érigée après-guerre en surplomb du village), pèlerinage renouvelé chaque année en décembre, auquel sont conviés les membres de ses différents foyers religieux ainsi que les familles alliées à la communauté.

Il faut ainsi savoir que Saint-Pierre-de-Colombier est la maison-mère de cette communauté religieuse qui comporte 12 autres foyers en France, ainsi qu’un foyer en Italie et un autre en Allemagne.

Le collectif des Ami.es de la Bourges aimerait simplement que les pèlerins prennent conscience que le projet de « Sanctuaire du cœur immaculée de Marie » qui a justement pour but de permettre le développement de ce pèlerinage, engendre une grande inquiétude chez de nombreuses personnes, et même parfois les choque profondément.

Pourquoi? A cause de ses dimensions qui paraissent inadaptées à la modestie de la vallée de la Bourges (notamment en matière d’infrastructures: routes, parkings, réseaux d’eaux usées…) ou bien de craintes que soit dégradé le paysage ou le milieu écologique. Mais aussi en raison de la faible concertation réellement effectuée en amont autour de ce projet.

En effet, l’importance de ce projet aux plans socio-économique et environnemental, mais aussi son originalité en matière de tourisme religieux, appelaient de toute évidence la mise en œuvre d’une démarche de concertation publique (habitants et acteurs socio-économiques de la vallée de la Bourges mais aussi des territoires environnants) bien plus développée et adaptée qu’elle n’a été, notamment dans les moyens mobilisés pour toucher et informer toutes les populations concernées.

Il n’est pas étonnant que le manque de sérieux accordé à la concertation publique (ou à toute autre démarche participative permettant d’associer les habitants et acteurs locaux) ait porté préjudice à l’acceptabilité du projet. Les réactions effarées des personnes qui depuis, se sont opposées à ce projet, s’expliquent donc aussi par un très malheureux problème de méthode.

C’est une occasion cependant pour la FMND de s’interroger sur sa manière d’élaborer son projet ou d’approcher les gens!